• Bon Plan à Avignon – Du 7 avril au 27 août 2017 – La légèreté Raoul Dufy, Exposition au Musée Angladon.





    « Selon ses yeux, selon son cœur ».

    Nous avions déjà remarqué l’accrochage proposé par Lauren Laz dès son arrivée à la direction du Musée Angladon pour mettre en valeur ses collections permanentes mais, en février dernier, nous avons été conviés à visiter non seulement les nouveaux espaces du dernier étage de cette maison privée, mais aussi les subtils aménagements du rez-de-chaussée. Rappeler d’ailleurs que le musée Angladon est une maison particulière, ni d’une taille ostentatoire ni d’un charme outrancier, qui appartenait à la famille Angladon, héritière du couturier Jacques Doucet, fin collectionneur.

    Si des travaux ont été réalisés au rez-de-chaussée, c’est dans les étages que la métamorphose est totale. Particulièrement au second qui a été débarrassé de ses meubles et divers objets dont près de mille livres qui ont été mis en dépôt à la Bibliothèque Ceccano, juste en face du Musée. Une chance pour les plus curieux qui pourront découvrir la collection d’ouvrages des Angladon qui ont fini par collectionner des pièces très pointues sur des sujets variés allant jusqu’à devenir des adeptes des chats ou du théâtre Russe.

    Le second étage sera donc celui des expositions temporaires et ce sont des œuvres jamais exposées au public, appartenant à un collectionneur privé, volontairement anonyme, mais ami fidèle du Musée Angladon auquel il a déjà prêté des pièces de sa collection, qui essuiera les – beaux – plâtres de ces nouveaux espaces. Jusqu’au 27 août 2017, les visiteurs du Musée vont donc découvrir plus de 50 pièces du peintre Raoul Duffy qui ouvre le bal d’une série d’expositions temporaires qui s’annoncent aussi longues que belles.

    Le thème retenue par la conservatrice pour cette exposition est celle de la légèreté, bien venue non seulement dans notre époque mais à cette période de l’année où la Ville d’Avignon revit, où ses terrasses réouvrent, notamment Place St Didier, voisine, dont la rénovation s’achève et offre un nouveau centre de vie – sans voiture ! – au public.

    Dans un souci de cohérence aussi bien artistique qu’historique, c’est une exposition chronologique qui est proposée. On y voit ainsi toutes les influences du peintre né en 1877 et mort en 1953.

    Dans la première pièce entièrement rénovée, aux murs d’un bleu nuit profond, sont accrochés une série incroyable de gravures sur bois, un peu de la même trempe que celles du Bestiaire d’Apollinaire illustrées par le même Duffy. On remarque l’habileté du peintre, maître dans la manipulation du bois veiné. On retrouve dans ce travail toute l’inspiration du tarot de Marseille ou des images d’Epinal. Pas un espace ne reste inoccupé par un trait, un signe.
    Dans la même pièce, des reproductions de vêtements, astucieusement commentés dans le catalogue – somptueux – par Christian Lacroix, qui permet de rappeler que Duffy, avant de devenir un peintre côté, sera l’assistant du couturier Paul Poiret, grand ami de Jacques Doucet. On est donc bien en famille. On remarque d’ailleurs dans l’exposition la fameuse « capote Poiret » qui habillera les soldats français habitués à des couleurs criardes et dangereuses. Emouvant.

    Pour passer dans la salle suivante, on emprunte un large couloir dans lequel sont exposés quelques pièces du travail réalisé par Duffy pour les spécialistes des soieries lyonnaises avec une esquisse d’un dossier de fauteuils fait d’un brassage de tulipes et pavots et aussi quelques illustrations dans des livres confiées à Duffy datant des années 30 où l’on reconnaît le port de Marseille cher au peintre ou encore le fameux Tartarin de Tarascon.

    Dans la salle suivante, d’un ocre improbable, réputé difficile à manier, éclate tout l’art du peintre et est centralisé cette joie qui a conduit les choix de Lauren Laz.

    On voit alors que des premiers instants et esquisses de 1919 chez Poiret, le peintre s’affirme. D’une peinture lumineuse du Havre où il est né, sont accrochées à côté ces célèbres Naïades et, fasciné par l’eau, cette Baigneuse à Sainte Adresse qu’il reproduira à plusieurs périodes de sa vie – celle exposée est façon cubiste et date des années 1950.

    Ces toiles permettent d’apprécier la maitrise du trait comme des couleurs. On approche aussi la perfection lorsque, dans la même salle, on contemple les aquarelles représentant Paris avec une tour Effeil esquissée mais qui ne l’empêche pas d’être en majesté dans un tableau vif et coloré donnant à l’ensemble un air printanier tout à fait de saison.

    La grande force de cette exposition est de nous permettre de contempler la méthode du maître avec des premiers traits de crayons posés au préalable qui restent et, par l’usage du principe du « papier humide », lui permet d’apposer rapidement, d’un geste précis les couleurs. Ce qui donne ce côté vivant, en mouvement.

    L’exposition se poursuit dans une salle où les murs verts d’eau touchent d’autres du même bleu sombre qu’à l’entrée. Ce choix très fin fait ressortir habilement les couleurs des toiles de Duffy. On entre dans la période où la fois le peintre commence à souffrir atrocement d’une polyarthrite qui lui donne du fil à retordre pour travailler et celle de l’occupation où il doit, comme tous les français, suivre les aléas d’une géographie qui change au fur et à mesure des batailles. Il séjournera à Aix Les Bains avant d’aller dans le sud à Nice dont il nous laisse des toiles évoquant des terrasses pleines de fleurs. Il sera aussi à Perpignan et ira même jusqu’aux Etats Unis pour suivre les premiers traitements à la cortisone.

    Le clou de cette exposition temporaire est bien les « tirés à part » réalisés par le peintre pour préparer puis garder des traces après la commande monumentale de cette toile de La Fée Electricité qu’on peut toujours voir au Musée d’art moderne de la Ville de Paris.

    Dans ce Musée d’Avignon, nous pouvons contempler les « mises aux carreaux » qui ont permis à Raoul Duffy, à son frère Jean et à son fidèle assistant André Robert, de modifier à l’échelle l’œuvre qu’on voit à Paris. C’est saisissant.

    Ensuite, sont montrées des petites perles venues d’une toute petite édition de lithographies numérotées jusqu’à 100 qui reprennent les détails de la fameuse Fée Electricité peinte en 1937.
    On y voit, comme si on était dessus, tous les détails de cette toile qui fait un vibrant hommage à tous ceux qui ont permis cette découverte qui a changé notre vie et qui croise le chemin aussi bien d’Archimède qu’Aristote en passant par Watt et Curie…

    On finit le tour par quelques toiles des années 1950, les dernières, mettant en scène la musique à travers des reproductions d’orchestres. On s’y croirait.

    Déjà grandement apprécié pour sa dimension humaine qui permet aussi bien de voir quelques Degas, Picasso, Modigliani dans une proximité impossible au Musée d’Orsay. Là encore, dans un raffinement et une simplicité appréciable, l’exposition proposée par le Musée Angladon permet de voir l’oeuvre de Duffy dont la réputation est grande, notamment outre atlantique, mais qui représente aussi très bien une époque et un style qui inspirera ses cadets.

    Sa peinture est marquée par la légèreté. Elle n’insiste jamais. Elle effleure le regard. Elle suggère plus qu’elle ne donne à voir. C’est une grande chance de pouvoir assister de si près à un tel spectacle.

    Emmanuel Serafini.

    INFOS ++ Musée Angladon – 5 Rue Laboureur, 84000 Avignon – 04 90 82 29 03

    Emmanuel Serafini écrit pour les Bons Plans d’Avignon parce qu’il est un ami et un homme de culture avec un savoir et une sensibilité rare qu’il n’aspire qu’à une chose partager. Merci.

    Partagez vos Bons Plans, parlez du Blog autour de vous si vous le trouvez sympa et pour le faire perdurer si vous avez un lieu de Bons Plans vous pouvez acheter un encart de 1 à 12 mois et si vous êtes un lecteur vous pouvez faire un don de 1€, c’est votre soutien qui compte avant tout. Merci. Bénédicte

    Partager cet article
  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Rechercher

    Pour que le blog puisse perdurer :

    èvènements

  • octobre 2019
    L M M J V S D
    « Sep   Nov »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Avignon

    PARTENAIRE

    Bons Plans

  • Devenez partenaire des Bons Plans d’Avignon   du Grand Avignon et du Vaucluse   AVOIR DE LA VISIBILITÉ ET ÊTRE RÉFÉRENCÉ SUR LE BLOG : DEMANDEZ LE KIT MEDIA à lesbonsplansdavignon@gmail.com Le blog compte en 7 années d’existence, ouverture le … Continuer la lecture

  • DES ABEILLES AU PALAIS DES PAPES   Dans le sillage de grands monuments parisiens comme l’Opéra, les Invalides, le musée d’Orsay, l’Académie française, ou encore de nombreuses entreprises qui ont adhéré à la pratique du rucher urbain, Avignon tourisme a … Continuer la lecture

  • Marché de producteurs    Achetez local et achetez chez les producteurs – D’autant plus facile lorsque l’on vie en ville… Il faut bannir la grande distribution et donc mauvaise consommation et privilégier le local, bio, raisonné, de qualité… Et ça … Continuer la lecture

  • Van Gogh, la nuit étoilée   Le nouveau spectacle des Carrières de Lumières, réalisé par Gianfranco Iannuzi, Renato Gatto et Massimiliano Siccardi avec à la collaboration musicale de Luca Longobardi. Ce nouveau Spectacle denson et lumière va vous prendre au … Continuer la lecture

  • ERNEST PIGNON-ERNEST   AU PALAIS DES PAPES   Et si ceci expliquait pourquoi Avignon et sa région rassemblent autant de street artiste de talent ? Émanerait-il de cette ville une histoire, une architecture qui pousse le street artiste à vivre … Continuer la lecture

  • LE PARCOURS DE L’ART   TOHU-BOHU(s)   À partir du thème « Tohu Bohu (s) », la 25e édition du Parcours de l’Art nous faire découvrir l’art contemporain dans toutes ses disciplines et dans des lieux patrimoniaux d’Avignon. Pour marquer la … Continuer la lecture

  • ATELIER Bricks 4 Kidz®   Le pack journée Une formule complète : repas + activités. Un lieu exceptionnel. Un animateur certifié Bricks 4 Kidz®. Des thèmes pour les filles et les garçons de 6 à 13 ans. Bricks 4 Kidz® … Continuer la lecture

  • TRANSMISSION : LE DÎNER D’EXCEPTION   LA RENCONTRE DES GOURMANDS GASTRONOMES La Gourmandise Festival, organise le 23 octobre 2019, à l’École Hôtelière d’Avignon, un dîner d’exception nommé Transmission. À cette occasion, 10 grands chefs participeront à la réalisation d’un menu avec … Continuer la lecture

  • Partenaires

    Partenaires

    Bons Plans

  • Si vous suivez mes articles sur le blog des Bons Plans d’Avignon, vous savez que je suis une adepte des produits bio, équitables, qui ont pour ligne de conduite la protection de notre environnement, de notre corps et je prône … Continuer la lecture

  • Partenaires

  • Marion et Laurent ont repris le restaurant en 2009. Ils ont fait leurs classes dans les plus belles tables de la Région, telles que Christian Etienne, l’Auberge de Cassagne, Helene traiteur, la Mirande, Le Saule Pleureur à Monteux… Ils aiment les … Continuer la lecture

  • Manger gastronomique à un prix poétique. Soyez immédiatement rassurés vous pouvez lire cet article et aussi aller déguster la cuisine du chef Florent Pietravalle au déjeuner ou au dîner car il y a un menu du marché des plus abordables. Comment … Continuer la lecture

  • Un nouveau restaurant qui m’a enchanté, Le Violette. Quel plaisir de découvrir une nouvelle adresse de qualité qui se trouve dans la cour d’un des haut lieux de la vie culturelle et artistique de la Ville d’Avignon, la Collection Lambert. … Continuer la lecture

  • CHIC PLANÈTE – LA CANTINE VÉGÉTARIENNE   On est en plein Festival d’Avignon, William, mon fils et moi déposons notre véhicule sur la Barthelasse, on enfourche nos vélos et direction l’intra-muros pour manger dans une cantine, oui, mais une cantine … Continuer la lecture

    On parle de nous – Presse

  • Le 05 avril 2013 Dans le magazine ELLE – Dossier Elle Marseille et sa région. Les journalistes Nathania Cahen, Rebecca Lerie et Élodie Liénard parlent de leurs coups de cœur : Selon les journalistes, je suis dans la catégorie : … Continuer la lecture